vendredi 7 décembre 2018

Sur la lune





5 continents, des océans pour faire son terrain de jeu
Il a parfois été grand, parfois très courageux
Pour s’adapter il a construit, il s’est montré inventif
Pour développer il a produit sans être très attentif
5 continents, des océans pour fortifier son empire
Parfois il a tout fait foiré, et parfois il a fait pire
En quête permanente d’évolution il s’est créer des dilemmes
À chercher trop de solutions, il s’est trouvé des problèmes

Pourtant
Il a marché sur la lune
Pourtant
Il a dansé sur les dunes

J’ai vu sur un même trottoir la bienveillance et l’horreur
J’entends des gens tous les soirs, Jean qui rit et Jean qui pleure
Et sur la route du progrès, Jean qui fonce et Jean qui freine
Je suis fasciné par notre espèce schizophrène
Fabuleux être vivant au cerveau double tranchant
Souvent tourné vers le haut mais tiré par ses penchants
Dualité fascinante, qui crée des ponts et des ravages
Capable du meilleur, et capable du plus sauvage
Côté pile et côté face, côté style et côté crasse
En fabricant les belles avenues, il a créé des impasses
Tant d’intelligence si mal mise à profit
De dérive en excès, c’est lui-même qu’il sacrifie

Pourtant
Il a marché sur la lune
Pourtant
Il a dansé sur les dunes

5 continents des océans pour courir à sa perte
Il a créé des armes capables de tout faire disparaître
Il est venu, il a vu, il a vaincu la couche d’ozone
Il scie la branche sur laquelle il avait posé son trône
Pour aller toujours plus vite et pour produire plus fort
Il a abîmé la vie et accéléré la mort
Il a rasé les forêts, pourri la mer et la terre
Transformé les climats et capturé les panthères
Il a créé des vaccins mais a créé des cancers
Il a créé l’imprimerie mais créé l’arme nucléaire
Il a créé la peinture et les plus belles symphonies
Mais il a créé Trump, Zemmour et Loft Story

Pourtant
Il a marché sur la lune
Pourtant
Il a dansé sur les dunes


| Lire notre mot du jour  ►   et   notre soleil du jour ►

2 commentaires:

  1. Myriam de Terwangne07 décembre

    Bof ! Quelle dichotomie ! Quelle vision désespérante! Fernando Pessoa et Jean Sulivan ont une réponse printanière ou une réponse passerelle ! Un article " GARDER LA PRESENCE DE DIEU DANS SA VIE "donne aussi un éclairage spirituel !

    Bonne fête de Saint Ambroise de Milan ( + 397 ),
    Evêque et Docteur de l' Eglise

    Excellente journée !

    FERNANDO PESSOA

    DE TOUT, IL RESTA TROIS CHOSES (Fernando Pessoa)
    De tout , il resta trois choses:
    La certitude que tout était
    en train de commencer,
    la certitude qu’il fallait continuer,
    la certitude que cela serait interrompu avant que d’être terminé.
    Faire de l’interruption, un nouveau chemin,
    faire de la chute, un pas de danse,
    faire de la peur, un escalier,
    du rêve, un pont,
    de la recherche…
    une rencontre.
    Fernando Pessoa -

    JEAN SULIVAN

    «  Si le pommier ne fleurit pas en vous ,
    il n' y aura pas de printemps . »
    - Jean Sulivan -

    SERMON : GARDER LA PRESENCE DE DIEU DANS SA VIE
    on peut aussi l' écouter en audio

    http://viechretienne.net/sermon/garder-la-presence-de-dieu-dans-sa-vie/

    RépondreSupprimer
  2. Bof en effet, mais ce n'est pas désespérer que de dénoncer les abus de puissance de l'Homme. Si la prière doit pouvoir éclairer notre regard, c'est pour agir contre tout ce qui détruit notre humanité. Nier ce regard ou le refuser, c'est nous couper d'une réalité. Ce texte jouant avec les mots, a au moins le mérite de souligner les maux de notre société ...

    RépondreSupprimer

Les commentaires de ce blog font l'objet d'une modération et sont publiés après vérification de leur contenu.